ActuBurkina
A la une Société

CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL DANS LES BOULANGERIES ET PATISSERIES : Boulangers et pâtissiers  menacent d’aller en  grève  

 

La Fédération nationale des boulangers et pâtissiers du Burkina (FNBPB) a organisé un point de presse  le 6 juin 2016 au Centre d’éducation ouvrière à Ouagadougou. Objectif : annoncer un  préavis de grève allant du 9 au 12 juin 2016 sur toute l’étendue du territoire national.

Les boulangers et pâtissiers  membres de la Fédération nationale des boulangers et pâtissiers du Burkina (FNBPB) menacent d’aller en  grève du 9 au 12 juin prochains  si leur convention   relative à l’amélioration de leurs  conditions de vie et de travail, soumis au ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale, n’est pas signée dans les plus brefs délais. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse tenue le 6 juin à Ouagadougou. Selon Konomba  Traoré, Secrétaire général  de la  FNBPB, le retard de la signature de la convention est dû à une mauvaise foi du patronat. Il explique que   leur ministère  de tutelle avait prévu 10 jours  pour procéder à la signature de ladite convention. Malheureusement, selon lui, l’échéance n’a pas été respectée  et  ce,   depuis 3 mois.  «  En absence de cette convention, les travailleurs connaissent des conditions de travail très difficiles, subissent des exploitations et brimades diverses, etc. », a-t-il déclaré. Il indique que les travailleurs ont longtemps été traités comme des esclaves. D’après le SG, plus de cent soixante-dix (170) boulangers ont été licenciés  et il est temps de réagir. Le syndicat de la FNBPB estime que  son action est « juste et  légitime ». Un travailleur du secteur étant payé en dessous du salaire minimal inter professionnelle garantie (SMIG), cette lutte syndicale, à travers la grève devient  une question de vie ou de mort. Du moins c’est ce que pense la FNBPB. Quant à la grève prévue dans le mois de carême musulman où le pain est doublement consommé, le SG répond que le boulanger est obligé de jeuner tous les jours du fait des mauvaises conditions de vie et de travail.

Djénéba OUATTARA

(Stagiaire)

Articles similaires

Retrait du Burkina-Mali-Niger de la CEDEAO : une décision souveraine, selon la COPA/BF)

ActuBurkina

CRISE AU MALI: l’ODJ/BF salue  » la lutte et l’engagement patriotique de la vaillante jeunesse malienne »

ActuBurkina

COVID-19 : 04 nouveaux cas confirmés,02 guérisons et 00 décès à la date du 04 août 2020

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR