ActuBurkina
A la une Société

CAMPAGNE DE PLAIDOYER POUR LE DROIT A L’ALIMENTATION AU BURKINA: les membres de la Coalition au siège du CDP

La Coalition pour le droit à l’alimentation a entamé une série d’audiences auprès des 13 candidats en lice pour l’élection du président du Faso, le 22 novembre 2020 prochain. Et ce 27 octobre 2020, c’est Pauline Traoré, représentant le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) qui a reçu la délégation conduite par Frédéric Ilboudo au siège du parti à Ouagadougou. L’objectif de ce plaidoyer intitulé « Moi Président… », était de susciter une meilleure prise en compte de la politique alimentaire dans les différents projets de société des candidats.

« Moi Président… ». Voici le concept sur lequel devra porter la campagne d’engagement des candidats en lice pour Kosyam. En effet, à moins d’un mois de l’élection présidentielle, une Coalition portée par des OSC, des ONG, et des parlementaires a entamé une campagne de plaidoyer auprès des candidats afin qu’ils s’engagent fermement à faire en sorte que le Droit à l’alimentation (DA) soit une réalité au Burkina Faso. Reçue par la députée  Pauline Traoré, la délégation a, durant un quart d’heure, exposé les objectifs qui l’a guidés. La représentante du président Eddie Komboigo a, pour sa part salué la démarche qui, dit-elle, « défend une cause noble ». Elle a rassuré que les doléances de la Coalition seront transmises à qui de droit. « Connaissant le président Eddie Komboigo, je peux d’ores et déjà vous rassurer que ces questions seront inscrites comme prioritaires dans son programme de gouvernance », a-t-elle indiqué.  Elle a, en outre marqué son accord et son engagement au nom de son Président. « C’est tellement clair que pour que le peuple puisse te suivre dans ton projet, qu’il n’ait pas faim », a-t-elle laissé entendre.

 

Pauline Traoré, représentante du président du CDP

 

Et Pauline Traoré d’ajouter que le DA a toujours été inscrit dans les programmes de sociétés des candidats. Pour elle, c’est la mise en œuvre souvent qui cause problème au regard des questions prioritaires qui viennent bouleverser l’application effective des programmes. Elle a cependant sollicité l’accompagnement  et l’action de la Coalition pour une meilleure prise en compte de ce droit fondamental.

Pour le porte-parole de la délégation, Frédéric Ilboudo, le droit à l’alimentation doit être appliqué tel que consacré aux articles 25, 26, 29 et 135 de la nouvelle Constitution non encore promulguée. Selon lui, le taux de vulnérabilité dû à l’insécurité alimentaire au Burkina Faso est criard. C’est pourquoi, à son avis, les élections qui s’annoncent constituent une opportunité pour la Coalition à saisir pour susciter des engagements fermes et plus sérieux auprès des candidats afin d’impacter positivement ce droit inaliénable pour tout être humain. Pour M. Ilboudo et ses camarades, cette approche auprès des candidats permet à la Coalition de leur exposer la situation du droit à l’alimentation au Burkina Faso et demander leur accompagnement dans sa mise en œuvre à travers leurs projets de société.

Cette première audience s’est terminée par la matérialisation par la prise de photo de famille symbolique par Pauline Traoré avec la banderole « Moi Président… », signe d’engagement du candidat du CDP et la remise de documents.

Didèdoua F. ZINGUE

 

Articles similaires

ETATS-UNIS : le conseiller de Trump à la sécurité nationale a démissionné

ActuBurkina

Audition Djibrill Bassolé: le Burkina Faso dénonce vigoureusement l’attitude des autorités françaises

ActuBurkina

LIBYE : 151 migrants ivoiriens rapatriés en Côte d’Ivoire

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR