ActuBurkina
A la une Politique

Campagne agricole 2023 : 5 308 000 tonnes de céréales attendues

Face à la presse ce 27 juillet 2023, trois membres du gouvernement : le ministre de l’agriculture et des ressources halieutiques Ismaël Sombié, le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Lucien Kargougou et le ministre porte-parole du gouvernement, Emmanuel Ouédraogo. Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour, la campagne agricole 2023, la lutte contre le paludisme et le décret portant modalité d’intervention des agents publics de santé dans les structures privées de santé.

C’est environ 5 308 000 tonnes de céréales attendues à la fin de la campagne agricole 2023 et ce, malgré un démarrage timide de la saison. Selon le ministre en charge de l’agriculture, Ismaël Sombié, pour cette campagne agricole 2023, le gouvernement burkinabè a décidé d’accompagner les producteurs, en réalisant 2 074 hectares de nouveaux aménagements mis à la disposition des producteurs.

Pour ce qui concerne la situation phytosanitaire et zoo-sanitaire, le ministre de l’agriculture a laissé entendre qu’elle est globalement calme avec quelques cas d’infestations signalés de chenilles légionnaires d’automne et de jassides. Il dit avoir instruit le dispositif d’alerte précoce pour la remontée rapide de toute anomalie en vue d’une réaction rapide des services techniques à travers les moyens modernes comme les drones.

A en croire le ministre de l’agriculture, son département à travers le programme traditionnel de subvention, a mis à la disposition des producteurs 25 000 tonnes d’engrais minéraux et organiques et 7 000 tonnes de semences agricoles et fourragères ainsi que des équipements motorisés.

Une vue des journalistes

Parmi les soutiens, dixit Ismaë1 Sombié, 250 tonnes d’engrais et 350 tonnes de semences ont été consacrées aux Personnes déplacées internes (PDI) suivant le plan d’autonomisation prévu.

A côté de ces appuis, le gouvernement, à travers l’Initiative présidentielle, a apporté 6 000 tonnes d’engrais et 250 tonnes de semences aux des producteurs FDS, VDP et certains PDI afin de booster la production agricole.

Le ministre dit être conscient que les appuis apportés aux producteurs restent insuffisants quand on tient compte des besoins réels de ces producteurs ainsi que les ambitions en matière de souveraineté alimentaire. Et dans la perspective d’impulser une nouvelle dynamique du secteur agricole, « nous avons engagé, dans le cadre d’un partenariat public-privé, l’opérationnalisation de nos agropoles que sont Bagré, Sourou, et Samendeni, qui offrent un potentiel énorme de périmètres irrigués pour la mise en place des chaines de productions, de transformations et de commercialisations », a-t-il confié.

 Des explications du ministre, son département travaille pour une commercialisation très prochaine de la production à l’usine de mélange d’engrais de Koupéla d’une capacité de 90 tonnes/heure ; la construction du complexe industriel de production d’engrais à base de phosphates naturels de Kotchari; l’opérationnalisation très prochaine de la centrale d’approvisionnement en médicaments vétérinaires (CAMVET), ainsi que la dynamisation de la Centrale d’approvisionnement en intrants et matériels agricoles (CAIMA).

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

CRISE AU TOGO : des activistes africains dont une Burkinabè bloqués à Lomé depuis cinq jours

ActuBurkina

RD CONGO : Samy Badibanga, nouveau Premier ministre

ActuBurkina

FETE DE LA TABASKI : les vœux de Djbrill Bassolé pour les pèlerins

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR