ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Benin : Les Etats-Unis sanctionnent le pays  en raison du « déclin » observé en matière de gouvernance démocratique

Au Bénin, l’emprisonnement des opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou a été condamné par l’opposition et la société civile. Les USA qui avaient déjà dénoncé une ingérence politique dans le système de justice pénale ont annoncé une réduction de leur aide au pays. 

Le gouvernement américain, par le biais de son agence indépendante d’aide à l’étranger, le Millennium Challenge Corporation (MCC), a décidé de sanctionner le Bénin en raison « du déclin général sur plusieurs années de l’engagement du Bénin envers les critères d’éligibilité du MCC, et les principes de gouvernance démocratique ». La nouvelle a été rendue publique le mercredi 15 décembre, via un communiqué.

Selon le MCC, depuis plusieurs années, le Bénin ne respecte plus certains engagements entrant dans ses critères d’éligibilité. Il a donc décidé de « réduire de manière significative la part du pays dans l’investissement régional » prévu par le MCC.

Les USA avaient déjà exprimé leur préoccupation quant à la condamnation des opposants Reckya Madougou et Joël Aïvo. Le pays de l’Oncle Sam l’avait rendue publique dans un communiqué publié le lundi 13 décembre sur le site du département d’Etat. Washington soupçonne en effet le gouvernement béninois de mêler « la politique au système de justice pénale du pays ».

« Nous sommes alarmés par l’érosion continue de l’espace de dissidence, l’augmentation globale des restrictions à l’autonomie participative et à la liberté d’expression, et le ciblage systématique des personnalités politiques de l’opposition », lit-on dans la note.

Pour rappel, le professeur de droit, Joël Aïvo, dont la candidature à la présidentielle d’avril 2021 avait été rejetée, a été reconnu coupable de « blanchiment de capitaux » et « atteinte à la sûreté de l’Etat », et condamné dans la nuit du lundi 6 décembre à dix ans de prison et une amende de 77 000 dollars. 4 jours plus tard, Reckya Madougou, ancienne garde des sceaux, a été condamnée quant à elle, à vingt ans de prison pour terrorisme.

Agenceecofin

Articles similaires

Administration publique: Le Directeurs régionaux du Sahel invités à prendre des dispositions pour le retour des agents à Dori

ActuBurkina

MOUVEMENT DANS LES MEDIAS PUBLICS : «  le gouvernement reste le seul interlocuteur des travailleurs à ce stade de la crise » (SYNATIC)

ActuBurkina

ÉLECTIONS EN RDC : l’UE et l’UA se « rallient » à Tshisekedi

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR