ActuBurkina
A la une Economie

AUDIT DE LA GESTION DE LA TRANSITION : L’ASCE-LC rend public son rapport

 

L’Autorité Supérieure de contrôle d’Etat et de la Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) a organisé une conférence de presse le 22 avril 2016 à Ouagadougou. L’objet de cette rencontre était de faire le point sur l’audit de la gestion de la transition et sur le résultat  des investigations relatives aux allégations sur des ventes de parcelles par la SONATUR.  

« Il y a eu une amélioration dans la gestion financière de la transition » ; C’est ce qu’a déclaré le contrôleur général de l’ASCE-LC, Luc Marius Ibriga lors des échanges avec la presse, le 22 avril dernier. Selon lui l’audit qui a été demandé par les autorités de la Transition en l’occurrence l’ex-Premier ministre Yacouba Isaac Zida et le président actuel, Roch Marc Christian Kaboré, s’est fait sur la base de la gestion financière.

« C’est une première au Burkina qu’un audit soit fait pour comprendre la gestion de l’Etat », a-t-il rappelé. Pour le Secrétaire général de l’ASCE-LC, Ousmane Jean Pierre Siribié, les travaux d’enquêtes ont porté spécifiquement sur la gestion financière et comptable du Premier ministère et des départements ministériels. Dans ces secteurs, a-t-il ajouté, 4 domaines d’audits ont été définis dont la commande publique, le compte de dépôt, la gestion du carburant et des lubrifiants du premier ministère et département ministériel et le Programme spécial d’urgence de la transition (PSUT). Selon lui, après les vérifications, les résultats se présentent comme suit : « Le résultat du contrôle de la commande publique portant règlementation générale des achats publics et des délégations de services publics est de 63 133 914 246 Francs CFA soit 55,33 pour cent ». Ce taux, a-t-il indiqué, est au-delà de la norme de l’UEMOA qui est de 15 %. Une situation qui, selon Luc Marius Ibriga, a pour conséquences d’élever les risques de collusion, de corruption et d’enrichissement illicite. S’agissant du résultat du contrôle des comptes de dépôts le Secrétaire général de l’ASCE-LC a indiqué que 1240 comptes de dépôt ont fait l’objet d’audit. Sur 192 198 051 402 Francs CFA de dépenses contrôlées, 5 375 091 143 Francs CFA de dépenses se sont avérées irrégulières.

Quant aux 7 allégations de vente de parcelles, 6 se sont avérées selon Luc Marius Ibriga. Ces allégations sont, entre autres, la vente de terrain situé en face de la salle de conférence de Ouaga 2000, le retrait d’une parcelle acquise en 2008 par Yacouba Isaac Zida, l’attribution de parcelles à des membres du gouvernement et des Organisations de la société civile (OSC). Vu la mauvaise gestion des attributions et ventes de parcelles, Luc Marius Ibriga a recommandé entre autres la suspension des attributions de parcelles en vue d’un audit approfondi de la gestion des ventes de parcelles et la définition de critères clairs d’attributions et le respect strict des termes de contrat de ventes des parcelles. C’est pourquoi, il a demandé le retrait pur et simple des parcelles par la Société Nationale d’Aménagement des Terrains Urbains (SONATUR) car les concernés ne respectent pas les règles d’acquisition.

Salimata OUEDRAOGO (stagiaire)

 

Articles similaires

Burkina : l’importation des panneaux solaires désormais soumise à un quota d’enlèvement préalable auprès des unités nationales

ActuBurkina

Ouagadougou : 82 cas de mauvais stationnements constatés en une nuit et réprimés

ActuBurkina

 GROUPE PARLEMENTAIRE BURKINDLIM : «  il est temps de faire la paix, coûte que coûte, vaille que vaille », député  Emmanuel Lankoandé

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR