ActuBurkina
A la une Edito

ARRESTATION DES FEMMES OPPOSEES AU PROJET DE LOI SUR LA LIMITE D’AGE: le martyre continu des Ougandais

Des femmes opposées au projet de suppression de la limite d’âge pour les juges et les commissaires de la Commission électorale, ont voulu manifester à cet effet à Kampala. La police est rapidement intervenue pour empêcher ladite manifestation dont les organisatrices avaient pourtant l’autorisation. Des femmes parmi les manifestantes ont été arrêtées par les policiers et sont poursuivies, selon la police, pour trouble à l’ordre public. L’on se demande à quelle fin le dictateur cherche, contre vents et marées, à offrir un cadeau aux juges et à ceux chargés d’organiser les élections. Certainement pour acheter leur silence et leur conscience. Car, on le sait, la limite d’âge, en l’état actuel des choses, empêche le président Yoweri Museveni, élu en février dernier, de se présenter à la prochaine élection présidentielle. Et il se pourrait qu’il cherche, par la même occasion, à faire sauter par ces juges, le verrou limitatif de l’âge des candidats à la présidentielle. Mais, pour tous ceux qui connaissent bien l’histoire de ce pays, un royaume de l’arbitraire, il n’y a rien de surprenant dans cette énième répression d’une manifestation pacifique.  Il faut se souvenir de cette célèbre métaphore du satrape de Kampala, avant la modification de la Constitution pour lui permettre à nouveau de briguer la magistrature suprême. Il avait laissé entendre que l’Ouganda était « sa bananeraie » et qu’il n’était pas prêt à la quitter au moment où elle commençait à produire des fruits. La suite on la connaît, c’est son élection pour le moins contestée à l’issue du scrutin. Museveni a réduit au silence l’opposition politique qu’il a neutralisée à force de la martyriser et mis la société civile et les médias sous coupe réglée. Cet homme fort ne connaît que la répression pour se maintenir au pouvoir. Et il est difficile de le ramener à la raison. Il prend de l’âge, mais ne s’assagit pas et c’est à croire qu’il se fout même de l’intelligence de son peuple. Rien ne l’inquiète, d’autant plus qu’il est chouchouté par la puissante Amérique (USA). Et dire que c’est ce pyromane qui est souvent mandaté pour aller jouer les pompiers, les stabilisateurs et apaiser les tensions dans les pays de la sous-région où il y a des crises !

Le peuple ougandais a connu toutes les misères du monde

 On peut donc dire que l’acte des manifestantes a été un acte de bravoure dans un pays qui est un des rares modèles de dictature en Afrique, un pays où, aux yeux du président, la Constitution n’est rien d’autre qu’un simple papier à froisser quand on veut et comme on veut. De fait, le peuple ougandais a connu toutes les misères du monde et n’a jamais connu de démocratie ni de président démocratiquement élu. Idi Amin Dada, un des prédécesseurs de Yoweri Museveni, s’est  cru à l’époque investi d’un pouvoir divin. Il a utilisé la dictature du peuple contre le peuple et n’avait pas de respect pour les femmes. Son successeur, Milton Obote, non plus n’a eu aucun respect pour son peuple ni pour les droits de l’Homme. Et Museveni n’a pas fait mieux. Il fait montre d’une dictature féroce qui n’épargne même pas les femmes. Mais l’histoire nous enseigne qu’au Mali, ce sont les femmes et les enfants qui ont fini, au bout de la résistance, par faire tomber le pouvoir dictatorial du président Balla Moussa Traoré. On a vu au Burkina Faso où les femmes sont sorties massivement avec leurs spatules prendre la rue. Même si tout est verrouillé, même si les institutions sont au service du président Yoweri Museveni et même si le contexte lui est favorable, le soleil de la liberté finira un jour ou l’autre par se lever. L’homme fort qui prépare son fils à sa succession, pourrait un jour rencontrer la résistance du peuple ougandais, comme cela a été le cas au Burkina.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

Appel à candidature pour le recrutement d’un(e) Chargé (e) de la thématique « médias et paix » du CNP-NZ /PPS et assistant (e) à la coordination du projet et des activités au sein du CNP-NZ

ActuBurkina

Soudan: Un accord entre les militaires et les civils en vue de mettre fin à la crise politique

ActuBurkina

Lutte contre le terrorisme : Le CRADAT apporte sa contribution à l’effort de guerre

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR