ActuBurkina
A la une Culture

Anthropologie culturelle burkinabè : le père Pascal Ouédraogo interroge le milieu moaga en quête de son identité unificatrice

Ceci est un éclairage du Père Pascal Ouédraogo, sur son livre « Anthropologie culturelle burkinabè : interrogation émergée du milieu moaga en quête de son identité unificatrice ». En effet, l’auteur qui est un membre de l’Abbaye saint Benoît de Koubri, justifie par cet écrit, le choix du titre de son œuvre, qu’il estime relevé du désir de partager avec tous les burkinabè sa certitude sur la nécessité d’une prise de conscience de soi et de l’autre, gage d’un bon vivre-ensemble. « Anthropologie culturelle burkinabè » a été éditée pour la 1ère fois en Juillet 2014  aux éditions Harmattan et la 2ème fois sur les Presses Africaines en Juillet 2021. Lisez plutôt !

« Lors d’une émission à la TV Maria de l’Archidiocèse de Ouagadougou, en septembre 2021, sur notre œuvre intitulée « Antropologie culturelle burkinabè : interrogation émergée du milieu moaga en quête de son identité unificatrice », Pascal KOAMA, journaliste, me demandait à savoir ce qui m’a motivé dans le choix du titre de l’œuvre. Je répondais en substance : C’est par ce que j’ai un très profond désir de partager avec tous les burkinabè, ma certitude sur la nécessité d’une prise de conscience personnelle de soi, de la vraie valeur culturelle de Ninsaala et de Neda[ Ninsaala/homme/Neda/personne]. Car nous avons perdu le sens culturel et religieux de ceux-ci dans notre vie quotidienne. Nous devons absolument changer de mentalité, et de retrouver le sens authentique de l’homme et de son environnement. C’est notre droit et devoir à nous tous, sans aucune exception. Délibérément voulu, le titre de notre œuvre est excitateur, mais non arbitraire.

Mon intention, est que cette anthropologie culturelle nous libère de la peur servile des uns les autres, et qu’elle éveille en nous la capacité plus grande à faire confiance les uns aux autres, créant ainsi une ambiance de fraternité et de paix possible. C’est donc une anthropologie de proximité, avec la ferme volonté à ce qu’on aille ensemble vers un progrès intégral. En ce sens, l’anthropologie culturelle burkinabè, se veut médiatrice de réconciliation de chaque individu avec lui-même et avec les autres. Avec un esprit ouvert, nous irions d’une manière personnelle et sociale, à la découverte notre identité culturelle propre. Elle nous permettra de mener une sérieuse réflexion profonde sur soi. Nous pourrons ensuite travailler à l’unification de notre manière d’être et d’agir ensemble, dans une maturité intellectuelle et humaine, avec un désir sage, d’évoluer vers l’essentiel.

 

OUEDRAOGO Tinga T. Pascal (P. Pascal)

Le mot unificateur proposé dans cette anthropologie culturelle burkinabè, c’est le terme : « Burkinabè, » Nom que nous-nous sommes donné en toute connaissance de cause. Pour le bien commun et individuel, apprenons tous, comment dépasser nos diverses manières de penser, et discernons l’essentiel dans un esprit critique et de sacrifice. Ainsi, plus déterminés, sans contrainte, nous nous reconnaîtrons davantage réciproquement « Burkinabè », le nom dont la portée est lourde de sens humain et culturel, puisqu’il désigne tous les habitants du pays, le Burkina Faso. Isolé, nul n’existe réellement. Mon existence en tant que Neda, se confirme, lorsque je prends conscience d’une autre présence humaine en face de moi.

Libérer et sauver son Zelemde, (sa langue), dont nous fait cas dans l’Avant-Propos à la p. 4 de notre œuvre, nous ne désignons pas seulement la langue, moyen de communication humaine, avec ses signes et symboles. Mais au-delà de ceux-ci, nous osons toucher l’inexprimable : Amour, Respect, Compassion et Pardon, qui doivent être le principe de base, de toute relation humaine, entre les Filles et Fils de Burkina Faso. Sans cela, toutes les autres fortunes sont vaines parce que, si on n’est pas, on n’a pas. Sans l’homme, la culture n’existe pas, et sans la culture, l’homme n’existe pas non plus »

OUEDRAOGO Tinga T. Pascal (P. Pascal)

Articles similaires

MENINGITE AU BURKINA : 63 cas relevés dont 5 décès

ActuBurkina

Burkina : Dr Seglaro Abel Somé est le nouveau ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective

ActuBurkina

RECUL DU PARTI DE ZUMA AUX MUNICIPALES: l’ANC va-t-il en tirer les leçons ?

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR