ActuBurkina
A la une Politique

ALLEGEMENT DES PROCEDURES RELATIVES AUX MARCHES PUBLICS : « « ces mesures ne consacrent en rien le recours… au gré à gré », selon Paul Thiéba

Le 9e point de presse du gouvernement, tenu le 4 août 2015, à Ouagadougou, avait pour animateur principal le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba. Le Programme national de développement économique et social (PNDES), la loi de facilitation de la passation des marchés publics, les véhicules de la Présidence portés  disparus, l’absence de certains ministres au TAC, en Côte d’Ivoire,  sont entre autres points abordés au cours du face-à-face entre les hommes de médias et le chef du gouvernement.

Impulser une nouvelle dynamique à l’économie nationale conformément au programme du gouvernement. Tel est le vœu cher  de l’équipe  Thiéba  qui a ainsi adopté le Programme national de développement économique et social (PNDES), le nouveau référentiel de politique économique du pays pour les 5 années à venir. Selon le Premier ministre, plusieurs politiques et stratégies ayant  montré leurs limites, le PNDES se fixe comme objectif de transformer structurellement l’économie burkinabè pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous et induisant l’amélioration du bien-être social. Mais pour réaliser cet ambitieux plan, il faudra un financement global de 15 395,4 milliards de FCFA, soit un coût annuel moyen de 3 079,1 milliards de FCA. Une somme faramineuse pour un pays comme le Burkina Faso aux maigres ressources. En tout cas, le gouvernement a sa petite idée et compte surtout donner la primauté aux ressources propres dont la part dans le financement est de 63,8%, soit 9 825,2 milliards de FCFA.   C’est pourquoi certaines mesures telles l’institution de la retenue à la source sur les gains des paris et autres jeux de hasard, d’une taxe à l’importation sur les véhicules de tourisme, d’une contribution foncière sur les propriétés bâties et non bâties et l’augmentation du taux de la taxe sur les boissons  ont été  adoptées.

Une table ronde des partenaires techniques et financiers prévue

Quant aux  autres  5 570,2 milliards de FCFA, ils devront être comblés par des emprunts au niveau des marchés financiers tant internationaux que régionaux. C’est à ce titre qu’une table ronde des partenaires techniques et financiers est prévue avant la fin de l’année, à Paris.

A tous ceux qui pensent que  la loi de facilitation de la passation des marchés publics adoptée  récemment à l’Assemblée nationale,  est une « porte ouverte à  toute sorte  d’atteintes au principe de transparence et de bonne gouvernance », Paul Kaba Thiéba répond : « ces mesures ne consacrent en rien le recours à l’entente directe ou au gré à gré. Cette procédure exceptionnelle demeure régie par les anciennes dispositions en vigueur ».

Qu’en est-il des 57 véhicules de la Présidence  portés  disparus ? Sans donner le nombre exact, le PM a confié que certains ont été rendus. A la question d’un journaliste de savoir pourquoi certains ministres n’ont pas fait le déplacement de Yamoussoukro à la 5e conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, le chef du gouvernement a indiqué que l’esprit était de réduire les dépenses. Et d’ajouter : « les ministres et experts qui étaient présents avaient des dossiers à défendre ».

Colette DRABO

Articles similaires

COTE D’IVOIRE : l’avion de Soro détourné sur une autre destination

ActuBurkina

AL QAIDA- EI : Jamais deux sans trois !

ActuBurkina

Ouagadougou : Un exercice militaire au camp Paspanga ce mardi

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR