ActuBurkina
A la une Politique

ADAMA CONGO, PRESIDENT DU MJS : il faut « éviter que dans 5 ans, le drapeau des terroristes ne flotte sur Ouagadougou »

Le Mouvement des jeunes socialistes du Burkina Faso (MJS) a animé une conférence de presse le 13 septembre 2018,  à Ouagadougou, au cours de laquelle il s’est prononcé sur la situation sécuritaire nationale, le code électoral avec le vote des Burkinabè de l’extérieur, et la marche-meeting de l’opposition.

Le nouveau code électoral et le vote des Burkinabè de l’extérieur ont été abordés lors de la conférence de presse du MJS, le 13 septembre dernier. Face aux hommes de médias, Adama Congo,  président du MJS, et ses camarades  ont salué la volonté du gouvernement de faire avancer les réformes institutionnelles toutefois ils ont émis des inquiétudes. « Le projet de code électoral est généralement bon. Mais, nous sommes inquiets de voir que  bien des Burkinabè de la diaspora ne  pourront pas  voter étant donné qu’il n’existe pas partout des ambassades. Le vote étant l’acte patriotique suprême, le signe de la volonté populaire, chaque Burkinabè, du plus humble au plus riche, doit pouvoir voter dans les meilleures conditions possibles », a-t-il indiqué.

Concernant les attaques terroristes que vit le pays,  le président  du  MJS a affirmé que ce sont des actes de délinquance pour lesquels  il va falloir prendre des mesures radicales afin que le calme revienne. « Les attaques terroristes sont une véritable invasion contre laquelle nous devons unir nos forces. Nous sommes envahis et devons donc prendre des mesures radicales afin d’éviter que dans 5 ans,  le drapeau des terroristes ne flotte sur Ouagadougou et que la cité sombre dans le chaos. Tout  manque de courage est une erreur stratégique, car nous devons immédiatement et massivement renforcer l’armée. Nous sommes en guerre et devons désormais accepter que cela signifie que nos ressources doivent être attribuées en priorité à la défense de notre patrie », a-t-il soutenu avant de  saluer les mesures prises par les autorités pour assurer l’éducation des jeunes au Nord et dans le Sahel. «  Nous avons bon espoir que les examens spéciaux réalisés au Nord pour contrer l’insécurité seront  la première d’une  série d’actions devant défendre notre civilisation contre la barbarie terroriste », a-t-il confié.

Quant à  la marche-meeting  de l’opposition prévue le 29 septembre prochain, le MJS a dit qu’il ne prendra pas part à ladite marche et  observe l’activiste  Safiatou Lopez arrêtée  le 29 août dernier.

Pour rappel, le MJS est  un mouvement apolitique qui compte en son sein plus de 300 membres. Il existe depuis 3 ans.

Olivia NANA

(Stagiaire)

Articles similaires

POLITIQUE : Hama Amadou fait une revue de sa troupe à Abidjan

ActuBurkina

Forum de Bangui: une cérémonie de clôture agitée

ActuBurkina

Transition au Burkina: les trois priorités du politologue, Abdoul Karim Saidou

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR