ActuBurkina
A la une Economie

Accusations de corruption et de soutien au terrorisme : Appolinaire Compaoré dénonce un « acharnement injustifié »

Suite à des accusations de corruption et de soutien au terrorisme portées contre l’opération économique et homme d’affaires burkinabè, Appolinaire Compaoré, ce dernier, à travers son avocat, Me Kévin Grossmann, a réagi. Tout en rejetant ces allégations, il dénonce un « acharnement injustifié » contre un homme dont on ne peut pas compter les efforts consentis en vue d’accompagner les autorités dans la lutte contre le terrorisme. Lisez !

 « M. Appolinaire Compaoré, conteste fermement les allégations le mettant en cause dans l’article publié sur le site internet occrp.org du 16 mai 2023, intitulé « Alleged Associate of Burkinabè CigaretteTycoon Apollinaire Compaoré Caught on Tape Attempting to Bribe Malian Official ».

L’article relaye à tort plusieurs allégations notamment que « Appolinaire Compaoré a proposé de l’argent au chef de la compagnie nationale du tabac du Mali pour faire passer des cigarettes de contrebande » ; que « Safy Mokoko Sow a offert en vain un pot-de-vin afin que les douanes n’empêchent pas des centaines de millions de cigarettes de Compaoré de traverser les déserts anarchiques du nord du Mali », qu’ « une société de renseignement financée en partie par le gérant du tabac et fournisseur de Compaoré, Philip Morris, a découvert que le commerce illicite de cigarettes de ce dernier au Sahel aidait à financer des terroristes ».

Surtout, l’article allègue encore qu’ « En 2009, Compaoré a été nommé dans un rapport, des Nations unies sur le commerce illicite du tabac comme une figure ayant travaillé avec des contrebandiers régionaux » ; qu’ « Une série d’affaires judiciaires  et un rapport du Conseil de sécurité de l’ONU ont révélé que la SOBUREX  avait travaillé avec des passeurs notoires au Sahel, y compris un tristement célèbre baron de la drogue nigérien, Cherif Cocaïne, lié à une ramification d’Al-Qaida » et que , «  Même si les affaires de Compaoré n’avaient pas encore été publiquement liées au fonctionnement du terrorisme au moment de la rencontre de Safy Mokoko Sow avec Traoré (…) »

  1. Compaoré qui a toujours fait preuve de probité réfute avec vigueur l’ensemble de ces éléments avancés par l’OCCRP. Il tient, une fois de plus, à informer et à rassurer l’ensemble de l’opinion que ses activités n’ont jamais contribué à alimenter le terrorisme. Lui-même n’a aucun lien avec des terroristes. Ses nombreux efforts consentis, en toute humilité, pour accompagner les autorités à lutter contre le terrorisme sont un témoignage clair de son engagement contre ce phénomène intolérable.

Pour ce qui concerne précisément la vente des cigarettes, c’est le lieu, une fois de plus de rappeler que c’est en tant que victime du terrorisme, à causes des nombreux préjudices subis, que la SOBUREX, dont le but était la réexportation des produits, a dû arrêter son activité depuis 2018 avant d’être liquidée. Jusqu’à l’empêchement causé par l’apparition du terrorisme cette société, régulièrement établie depuis 1998, avait toujours fonctionné en toute transparence et la traçabilité de ses opérations suivies de bout en bout par les services compétents.

En dehors de la SOBUREX, M. Compaoré dispose, avec la firme Philip Morris, d’un contrat formel de partenariat pour la commercialisation de ses marques uniquement sur le marché burkinabè. Sur ce volet également, le respect des termes du contrat de même que de la réglementation en vigueur au Burkina n’a jamais souffert d’une dénonciation d’irrégularité. Ni de la part du partenaire, ni de la part des autorités nationales.

Ceci dit, M. Compaoré tient catégoriquement à rejeter tout lien, « présumé » par l’OCCRP, avec dame Mokoko Sow dans la cadre de son activité de commerce de cigarettes qui d’ailleurs se fait en toute transparence et dans le respect strict des règlementations en vigueur.

Du reste, Il rappelle qu’il a parfaitement coopéré avec l’ONU dans le cadre de ses diligences ; l’ONU, dans son Rapport « final » du 6 août 2021, n’ayant retenu aucune charge à son encontre. En effet, les termes suivants du Rapport du 6 août 2021 sont sans équivoque : « The panel never qualified Appolinaire Compaoré as a smuggler ».

S’appuyant sur cette conclusion qui ne souffre d’aucune ambiguïté, M. Compaoré estime qu’il est à présent l’objet d’un acharnement injustifié et victime d’une cabale, dont l’objectif serait de tenter de nuire à son image et à sa réputation afin de porter préjudice à ses affaires.

Il entend donc saisir les voies légales contre les auteurs et les complices de ce dessein perfide.

Le Conseil de M. Appolinaire Compaoré

Articles similaires

La Vulvite: Qu’est-ce que c’est ?

ActuBurkina

Cantine scolaire : le président du Faso lance l’initiative « Assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour »

ActuBurkina

PROCES THOMAS SANKARA : « Je pressentais un dénouement sanglant en défaveur de Thomas Sankara », Ismaël Abdoulaye Diallo

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR