ActuBurkina
A la une Société

5E RGPH : Le Burkina Faso compte 20 487 979 habitants

Un an après la fin du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH), l’Institut national des statistiques et de la démographie (INSD) a rendu publics les résultats de l’opération. C’était au cours d’une cérémonie solennelle tenue ce 22 décembre 2020 à Ouagadougou, sous la présidence du Premier ministre, Christophe Dabiré.

Les résultats du 5e RGPH sont enfin connus. Le Burkina Faso a une population résidente de 20 487 979 d’habitants dont 9 894 028 d’hommes, soit un taux de 48,3% et 10 593 951 femmes,  soit 51,7% selon les résultats préliminaires. Le taux de croissance annuel est quant à lui estimé à 2, 93%. En effet, selon les résultats, 26,3% de la population vit en milieu urbain et 73,7% en milieu rural. La répartition spatiale de la population met en évidence des disparités importantes en entre régions. Selon les statistiques, en termes de  densité de la population, la région du Centre, avec une population de 3 032 668 d’habitants, soit un taux de 14,8%, vient en tête. Elle est suivie des Hauts-Bassins avec 2 238 375 habitants, soit un taux de 10,9%,  de l’Est avec 1 941 505 habitants soit un taux de 9,5%, de la Boucle du Mouhoun avec 1 898 133 habitants soit un taux de 9,3%, du Centre Nord avec 1 872 126 habitants soit un taux 9,1% de la population, le Centre-Sud ferme la marche avec 788 341 habitants soit un taux de 3,8%. Selon le DG de l’INSD, Boureima Ouédraogo, la population est majoritairement jeune avec un taux de 77,9% de moins de 35 ans. Il a en outre souligné que la proportion de la population active est estimée à 51,3% et seulement 3,4% de la population a plus de 65 ans. Selon le Ministre de l’Economie, des finances et du développement, Lassané Kaboré, le recensement a pris en compte plusieurs aspects notamment la natalité, la mortalité, l’espérance de vie, les migrations, la scolarisation et l’alphabétisation, la situation de vulnérabilités des populations, etc. Sur l’ensemble du territoire, seulement 9 communes n’ont pas été prises  en compte et quelques-unes quant à elles l’ont été partiellement. A en croire le MINEFID, ces résultats permettront au gouvernement et aux partenaires d’élaborer des documents techniques. Aussi a-t-il signifié que les phases en cours du 5e RGPH concerneront la poursuite du traitement des données, la production des résultats définitifs, l’élaboration des rapports d’analyse thématiques, la publication et la dissémination des résultats définitifs courant mai 2021.

Le PM, Christophe Dabiré (3e à partir de la gauche), a présidé la cérémonie

 

Quant au chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, qui a suivi de bout en bout la présentation sur la méthodologie de la collecte de données, il a déclaré que lorsqu’il lançait cette opération en septembre 2019, bien des personnes étaient septiques car  ne croyant pas que cela  aboutira, à cause du contexte sécuritaire parfois difficile. C’est pourquoi il a traduit sa satisfaction quant au dénouement heureux de ce 5e RGPH. « Les statistiques sont au cœur des instruments de planification pour le développement de notre pays », a-t-il déclaré ajoutant que ces résultats permettront la prise en compte diligente des besoins réels en matière d’éducation, de santé et surtout du besoin de formation des Burkinabè. Pour lui, le gouvernement saura profiter de ces résultats, pour exploiter au mieux l’ensemble des données préliminaires qui ont été proposés par l’INSD pour l’élaboration conséquente du prochain référentiel de développement économique et social du Burkina Faso pour la période 2021-2025.

 

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

Relations internationales : le franc CFA comme instrument néocolonial

ActuBurkina

COVID-19: 1 cas importé à la date du 16 juin

ActuBurkina

BURKINA : le Corps de la paix quitte « temporairement » le pays pour des raisons sécuritaires

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR