ActuBurkina
A la une Edito Société

PAIEMENT DES COTISATIONS DU MALI A L’ONU: la honte demeure tout de même

Le Mali a retrouvé son droit de vote qu’il avait perdu à l’ONU le 18 janvier dernier. Mais rappelons que la suspension du droit de vote suite au non-paiement des cotisations de l’Etat malien à l’ONU continue de faire des remous. Cette affaire montre le laxisme au plus haut sommet de l’Etat en matière de gouvernance. Car, comment comprendre que deux ans durant, la patrie des grands empereurs ne puisse pas découvrir ce que le Premier ministre malien a considéré comme une erreur administrative dans le transfèrement des fonds à l’ONU ? Le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) n’a aucune excuse dans cette affaire qui a écorché sérieusement l’honneur et la dignité du peuple malien. Il faut croire que le paiement de ses cotisations à l’ONU n’était pas inscrit comme une priorité nationale. Les autorités comptaient-elles passer par pertes et profits cette dette ?

En attendant que les responsabilités soient situées, d’autres têtes pourraient tomber

En tout cas, l’opposition malienne et tous les Maliens qui en veulent au pouvoir ont raison de s’insurger contre cette incurie de IBK et son équipe, qui a eu pour conséquence d’écorcher l’honneur du pays, de bafouer sa fierté. Le Mali a encaissé assez de milliards au titre des aides octroyées par les partenaires internationaux depuis l’arrivée d’IBK au pouvoir. Il ne devait donc pas se permettre pareille légèreté. Car, ne serait-ce que dans ces fonds, le pouvoir aurait pu prélever les 200 000 000 de F CFA correspondant à la cotisation réclamée par l’ONU. Le Mali a fini par cotiser, mais le mal est déjà fait. De toute évidence, les conséquences ne seront pas de moindre effet au plan politique. Puisque l’ambassadeur malien à l’ONU a été limogé, en attendant que les responsabilités soient totalement situées à Bamako. D’autres têtes pourraient tomber mais ce n’est qu’un moindre mal, comparé à l’orgueil blessé et à la dignité bafouée des Maliens et de la terre des légendaires empereurs tels Moussa Kankan, Ousmane Dan Fodio, Cheick Omar Tall, Soundiata Keïta, pour ne citer que ceux-là.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

CONFERENCE DES CHEFS D’ÉTAT DU G5 SAHEL : voici le communiqué final de la 7e session ordinaire

ActuBurkina

HYDROCARBURES : une baisse de 30 FCFA à la pompe à compter du 3 avril, au Burkina

ActuBurkina

Journal l’Evènement : Les scellés levés ce 9 juin 2023

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR