A la une Politique

FETE DE L’INDEPENDANCE : « Je préconise que l’on supprime cette date de commémoration », Assane Guébré (citoyen)

Le 05 août 1960, le Burkina Faso a officiellement accédé à la souveraineté nationale. 60 ans après, des Burkinabè sont toujours dubitatifs en ce qui concerne cette indépendance. C’est du moins le constat que nous avons fait ce 05 aout, en cette journée d’anniversaire, auprès de certains habitants de la capitale.

Mahamadi Ouédraogo

« Franchement, le peuple burkinabè n’est pas indépendant »

« La France a toujours la main mise sur la gestion de nos pays. Prenez seulement le cas de la monnaie unique que nos Etats veulent créer et qui, à mon avis, a échoué. Cela signifie beaucoup, la France ne nous a pas vraiment donné notre indépendance.  Avec le F CFA, la France continue de nous humilier. Cette journée de commémoration est la bienvenue mais, à mon avis, il y a trop de jours fériés au Burkina, donc si l’Etat pouvait revoir cet aspect »

Moussa Ouanga

« Moi je pense qu’il n’y a pas d’indépendance »

 

« Il y a plein de choses que nous ne parvenons toujours pas à faire de nous-mêmes. Prenez l’aspect sécuritaire, la France nous interdit une lutte autonome, pourtant elle-même ne nous aide pas conséquemment dans la lutte »

Hackim Alirou

« C’est une journée pour plutôt rendre hommage à des figures de la lutte »

 « Comment parler d’indépendance si nos Forces de défense et de sécurité (FDS) ne peuvent pas elles-mêmes assurer la sécurité de la population ? Il faut toujours que la France vienne y mettre son nez. D’ailleurs, la France ne peut pas dire au jour d’aujourd’hui qu’elle n’est pas au courant des attaques que nous subissons, elle y est pour quelque chose. La France essaie de nous affaiblir pour piller nos ressources. Moi, l’indépendance, je n’y crois pas. Cette journée, à mon avis,  n’est pas faite  pour commémorer la fête de l’indépendance,  mais plutôt pour rendre hommage à des figures de la lutte»

      Assane Guébré 

« Je préconise que l’on supprime cette date de commémoration »

 

« Chaque année, nous mobilisons des ressources pour les dépenser dans les festivités. A mon sens, tout cela est inutile, d’autant plus que nous ne sommes pas indépendants. C’est toujours la France qui nous colonise. Si nous sommes vraiment indépendants, je préfère que la France s’éloigne de nous. Notre président n’a pas la possibilité de parler sans que la France n’intervienne, ce n’est pas normal »

Propos recueillis par Frédéric TIANHOUN

Articles similaires

SENEGAL : le Premier ministre et son gouvernement démissionnent

ActuBurkina

PRESIDENTIELLE MALIENNE DE 2018 : le maire de Sikasso, premier candidat déclaré

ActuBurkina

DEDOUGOU : Une femme et ses quatre enfants meurent après un repas (AIB)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire