A la une Santé

4-FEVRIER : Journée mondiale contre le cancer

Le cancer  constitue encore aujourd’hui la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. Pourtant, il se soigne. L’intérêt de la Journée mondiale contre le cancer, un événement annuel lancé par l’Union internationale contre le cancer (UICC) en collaboration avec l’OMS, invite les citoyens, les organisations et les institutions gouvernementales du monde entier à unir leurs efforts pour lutter contre l’épidémie mondiale du cancer et à  faire prendre conscience de l’utilité d’un dépistage précoce permettant d’arriver à une guérison. Cette année, la campagne vise tout particulièrement à améliorer les connaissances générales de la population sur le cancer et à battre en brèche les idées fausses à propos de cette maladie.

On attribue la hausse rapide de la charge du cancer aux profonds changements dans le mode de vie, comme l’alimentation malsaine, le tabagisme, le manque d’activité physique, l’exposition aux risques environnementaux et d’autres facteurs de risque associés au mode de vie. L’OMS estime que le cancer aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015 si aucune mesure n’est prise. C’est pour cette raison que des moyens importants sont mis en œuvre dans le but de faire reculer le poids de cette maladie partout dans le monde. En fait, 40 % des cancers sont potentiellement évitables, 40 % peuvent être traités et 20 % traités à des fins palliatives. Les différentes régions du globe ne sont pas à égalité devant le cancer et si l’hémisphère nord bénéficie de moyens importants dans la détection et le traitement des cancers, les pays du sud, comme à l’accoutumée ne bénéficient pas de telles attentions. De nombreuses stratégies ayant un bon rapport coût-efficacité ont fait leurs preuves pour ce qui est de réduire la charge du cancer.

L’OMS et ses partenaires œuvrent à renforcer la capacité des pays à dépister et à prendre en charge les cancers de manière précoce, en mettant tout particulièrement l’accent sur les domaines prioritaires au niveau régional que sont la prévention du cancer et la lutte contre cette maladie.

Source : Journee-mondiale, emro.who.int

Articles similaires

AVIS DE RECRUTEMENT D’UN JARDINIER

ActuBurkina

SIMON COMPAORE, président du MPP à propos des élections de 2020 : « c’est une obligation constitutionnelle »» 

ActuBurkina

CAN GABON 2017 : les Etalons arrachent leur ticket pour les ½ finales

ActuBurkina

Laisser un Commentaire