A la une Politique

ZEPHIRIN DIABRE AU GOUVERNEMENT DABIRE II : « mon ancien compagnon de lutte est tombé encore plus bas », Ladji Coulibaly, ancien élu de l’UPC

Le président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Zéphirin Diabré a été nommé ministre d’Etat, ministre auprès de la présidence du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale ce 10 janvier 2020 par Christophe Dabiré. Que pensent certains de  ses anciens compagnons de lutte de son entrée dans le gouvernement Dabiré 2. Pendant que  d’aucuns saluent l’idée d’une telle participation, d’autres à l’image de l’ex-député UPC, Ladji Coulibaly, estiment qu’il « est tombé plus bas ».

 

Ladji Coulibaly, ancien élu de l’Union pour le progrès et le Changement

« Zéphirin est tombé plus bas »

« Mon ancien compagnon de lutte est, selon moi, tombé encore plus bas, et certainement mal vu par ceux qui l’entourent jusque-là. Apparemment il est en train de creuser sa propre tombe sans conseiller. Dans tous les cas, la politique reste la politique. L’avenir nous montrera la vérité. Attendons donc de voir ».

 

   Le Poé Naaba, ancien député de l’UPC et membre fondateur du Mouvement démocrate (MODEM)

«  C’est le Faso qui gagne »

Poe Naaba

« D’une manière générale, je voudrais apprécier positivement la reconduction de monsieur Dabiré à la tête du gouvernement. C’est un monsieur qui connait toutes les arcanes de l’administration. En ce qui concerne l’entrée au gouvernement Dabiré II de M. Diabré, cela ne me surprend nullement pour le peu que je connais de cet homme, pour qui, du reste j’ai un profond respect pour ses idées. L’UPC fait ainsi le choix d’une nouvelle orientation dans sa participation au débat politique. Bien que j’ai pensé que la place de l’UPC demeure aux côtés du CDP, j’estime néanmoins que sa participation au gouvernement est une bonne chose pour la nation mais, également un bel exemple de démocratie participative pour la relève générationnelle en 2025. Pour ceux qui se souviennent, la question de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale est une question très importante pour l’UPC et son président. Ils en ont fait un cheval de bataille lors des campagnes passées. M. Diabré pourrait apporter une touche particulière à cette question si chère au président Kaboré. Pour ce qui est de l’entrée d’un social libéral dans un régime social-démocrate, cela peut donner lieu à beaucoup de débats. Mais en ce qui me concerne, les choix idéologiques ne sauraient être des obstacles au développement et à la construction d’une démocratie renforcée. Je souhaite bon vent au nouveau ministre d’État, ministre auprès de la présidence du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. C’est le Faso qui gagne, car la question de la réconciliation nationale est aussi chère à toutes les filles et fils du Burkina. Je souhaite également une opposition forte et responsable pour jouer au mieux son rôle de contre poids. Bon vent au gouvernement Dabiré II ».

 

Propos recueillis par Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

ETATS-UNIS: Trump soupçonné de vouloir gracié sa famille pour échapper à la justice

ActuBurkina

AXE FADA-KOMPIENBIGA : trois militaires tués et quatre blessés suite à l’explosion de leur véhicule

ActuBurkina

BURKINA: l’activiste Naim Touré arrêté par la police nationale

ActuBurkina

Laisser un Commentaire