ActuBurkina
A la une Société

SIMONE GBAGBO : s’achemine-t-on vers un nouveau procès pour crimes de sang ?

Cela fait un an jour pour jour que Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef d’Etat, a été condamnée à 20 ans de prison fermes et dix ans de privation de droits civiques, pour plusieurs chefs d’accusation, dont atteinte à la sureté de l’Etat, pour son implication dans la crise post-électorale. A maintes reprises, la Cour pénale internationale (CPI) avait réclamé « la dame de fer » pour son implication présumée pour crimes contre l’humanité. Mais la Côte d’Ivoire avait refusé son transfèrement, arguant qu’elle préférait juger elle-même l’ex-Première dame. Aux dernières nouvelles, elle pourrait bientôt être poursuivie pour crimes de sang devant la Cour d’assises.

Le 10 mars 2015, le jury condamnait Simone Gbagbo à vingt ans fermes et dix ans de privation de droits civiques, pour plusieurs chefs d’accusation, dont atteinte à la sureté de l’Etat, pour son implication dans la crise post-électorale. Une condamnation qui avait essuyé à l’époque de nombreuses critiques. En effet, pendant que la défense de Mme Gbagbo accusait la justice ivoirienne de n’avoir pas été impartiale et dit le droit, l’ONG Human Rights Watch, de son côté, dénonçait un procès « inéquitable » et « insuffisant », car n’abordant que des crimes contre l’Etat et non contre des personnes. Mais une année après le verdict, l’on pourrait bien assister à un nouveau rebondissement car la justice ivoirienne pourrait bien juger très prochainement Simone Gbagbo pour des crimes de sang. Selon RFI, la chambre d’accusation a rendu, en janvier, un arrêt pour son renvoi devant la Cour d’assises, justement pour de tels crimes présumés commis pendant la crise post-électorale. Ses avocats se sont immédiatement pourvus en cassation. Ce sera donc à la Cour suprême de trancher, lors d’une session prévue le 17 mars prochain.

AL CAPPUCCINO

Articles similaires

Conseil économique et social : Le président Bonaventure D. Ouédraogo installé dans ses fonctions

ActuBurkina

Forces armées nationales : « Restons sur le droit chemin, restons militaires, restons professionnels », le ministre de la Défense et des anciens Combattants, le Général de Brigade Kassoum COULIBALY aux troupes

ActuBurkina

ASSEMBLEE NATIONALE: les remplaçants de Daouda Simboro et Elisée Albert Kiemdé officiellement installés

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR