ActuBurkina
A la une Edito Phare Politique

REGROUPEMENT DE L’OPPOSITION AU NIGER : C’est bon pour la démocratie  

 

« A l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, les partis politiques membres de la Copa 2016 (Coalition pour l’alternance) s’engagent individuellement à rendre publique une déclaration solennelle de soutien à tout candidat d’un parti politique membre de l’alliance, qualifié pour le second tour ». C’est ce qu’a déclaré le Mouvement national pour la société de développement (MNSD NASSARA) de Seyni Oumarou. Un accord en cas de second tour à la présidentielle du 21 février 2016 est ainsi signé. L’objectif affiché étant de barrer la route au président sortant.  C’est la preuve que le scrutin présidentiel  s’annonce très serré et que c’est véritablement la veillée d’armes dans le camp des opposants. Il faut dire que durant l’année 2015, la tension a été très vive entre le camp présidentiel et l’opposition, motivée entre autres par des revendications politiques dont la certification du fichier électoral et l’affaire Hama Amadou, suspecté d’être impliqué dans un trafic de bébés nigérians. Ce contexte politique avait fini par déteindre sur le front social qui avait commencé à gronder jusqu’à ce que le président annonce avoir déjoué un coup d’Etat. Mahamoudou Issoufou semble donc avoir réussi à coaliser ses principaux adversaires contre lui. Il est par conséquent à craindre que cette alliance au sein de la Copa 2016 ne réponde plus à une conjuration contre le candidat du parti au pouvoir qu’à une stratégie politique visant à défendre les intérêts des Nigériens.

L’opposition nigérienne va-t-elle donner des verges au président sortant pour la fouetter ? L’avenir nous le dira

La question qui se pose est celle de savoir si le président donnera l’occasion à ses adversaires de mettre leur stratégie du « second tour » en pratique. Autrement dit, entre Issoufou et ses opposants, c’est à qui réussira à faire dérailler le train de l’autre. Dans ce jeu, bien malin qui osera pronostiquer. Dans tous les cas, du côté du pouvoir, on estime avoir un bilan à défendre. A cela s’ajoutent la maîtrise de l’appareil d’Etat par le président sortant, son carnet d’adresses bien fourni, la situation géostratégique qui fait du Niger un partenaire privilégié dans la guerre anti-terroriste au Sahel. Le président sortant peut donc surfer sur ces atouts pour ne pas offrir la moindre chance à ses adversaires. D’ores et déjà, cette stratégie qui consiste à unifier les forces de l’opposition participe au renforcement de la démocratie au Niger et c’est tant mieux.

Michel NANA

Articles similaires

Service national patriotique: les entreprises privées, les sociétés d’Etat et autres, invitées à transmettre la liste de leurs employés non à jour

ActuBurkina

FESPACO 2023 : Une délégation du CNO fait le point des préparatifs au pays invité d’honneur à Bamako

ActuBurkina

Opérations de sécurisation du pays : le Chef de l’Etat à Fada N’Gourma

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR