ActuBurkina
A l'etranger A la une Economie

PRESIDENCE DE LA BAD : Akinwumi Adesina reconduit pour 5 ans

Seul candidat en lice, le Nigérian avait été disculpé par une enquête interne des accusations de favoritisme et d’enrichissement personnel portées par des employés de l’institution.

A l’issue des assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD), qui se sont achevées jeudi 27 août, le président Akinwumi Adesina a dû pousser un « ouf » de soulagement. Reconduit à l’unanimité pour un deuxième mandat de cinq ans, l’ancien ministre nigérian de l’agriculture (2011-2015), seul candidat en lice, peut enfin espérer voir s’éteindre l’affaire qui secoue la première institution financière panafricaine depuis le début de l’année…

En début de semaine, pour s’éviter de mauvaises surprises et assurer la victoire de son champion, le Nigeria a subtilement manœuvré. Alors qu’une double majorité (auprès des membres régionaux et des non-régionaux) est requise pour être élu, le géant africain s’est débrouillé pour doubler ses droits de vote en réglant sa contribution au budget de l’institution dans sa version augmentée par M. Adesina en octobre 2019. Le capital de la BAD ayant crû de 125 %, Abuja s’est donc retrouvé avec 16,8 % des parts. « En s’acquittant d’une de ses promesses, le Nigeria a offert à peu de frais une assurance tout risque à son ancien ministre de l’agriculture dans la dernière ligne droite de l’élection », observe une source non régionale au sein de l’institution.

Si les assemblées annuelles n’ont pas donné lieu à un coup de théâtre, comme le redoutaient certains proches du président et comme l’espérait une frange du personnel de la banque, il y a en revanche eu « de sérieuses remontrances en coulisses sur la gouvernance et de nombreux appels à réformer urgemment » la BAD, explique la source précédemment citée, au fait des discussions tenues à huis clos. Si, en dépit de l’affaire, la banque a réussi à conserver son triple A auprès des agences de notation, sa réputation en a pris un coup. La réélection de M. Adesina « est l’épilogue du feuilleton », estime notre source : « Il a maintenant les coudées franches et cinq ans devant lui pour s’occuper des économies du continent, qui subissent de plein fouet les conséquences de la pandémie. »

Lemonde

Articles similaires

Politique a Burkina : l’ex maire et député de Houndé démissionne de son parti le MBF

ActuBurkina

Attaque meurtrière d’Inata : le Mouvement de la libération exige de départ du président Roch Kaboré

ActuBurkina

LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL : les forces françaises restent

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR