ActuBurkina
A la une Société

ENTERREMENT DE 3 POLICIERS AU CIMETIERE DE GOUNGHIN : Encore des victimes du terrorisme au Burkina Faso

Ils étaient nombreux  les membres du gouvernement, le Ministre d’Etat, Simon Compaoré, le Premier ministre,  Paul Kaba Thiéba, le Corps militaire, à se réunir à l’Hôpital Blaise Compaoré et au cimetière de Gounghin pour un adieu à nos frères, pères et fils du Burkina Faso.

 

« Encore une perte en vies humaines pour le corps de défense et de sécurité burkinabè due à une barbarie aveugle, inhumaine d’individus non identifiés » selon le gouvernement. Une attaque qui est survenue dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2016 dans le poste de police d’Intangom, dans le département de Tin-akof, province de l’Oudalan.  Selon le Ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale, Simon Compaoré, des bandits de grand chemin visent à saper le moral de nos forces de défense et de sécurité pour déstabiliser notre pays. Aussi, le représentant des familles éplorées  a tenu à remercier les autorités, alliés, parents, pour leur soutien depuis l’annonce de ce drame. «  Ma voix est marquée par la douleur, mais cette douleur a été atténuée par la compassion, par la solidarité, par le partage de cette peine et merci à vous tous », conclut-il. Les 3 policiers nommés Kani dit Coulibaly Michel, Filbert Silga, Tilbou Tiolé, en plus des 2  autres policiers assassinés, seront tous élevés à la dignité de la  médaille d’honneur de la Police nationale à titre posthume. « Le métier des armes n’est pas un métier comme les autres. Il est fait du sens du devoir, de l’amour de la Patrie et de l’esprit de sacrifice. Il relève de la discipline et du courage. Il comporte l’acceptation du risque », conclut-il, chose que le ministre a tenu à souligné à l’endroit du corps de la défense et de sécurité. Il invite les troupes également  à prendre cette perte comme le levain qui les pousse sur le chemin de la victoire sur le terrorisme et les ennemis de leur nation. Le Ministre a tenu notamment à témoigner les sincères condoléances  du gouvernement  burkinabè aux familles éplorées. Une levée de  corps triste et un adieu regrettable, c’est dans cette ambiance que ce déroula le cérémonial d’inhumation des 5 vaillants fils du Burkina restés sur le champ de bataille.

Djénéba OUATTARA (Stagiaire)

Articles similaires

FIMO 2017 : ce sera du 27 octobre au 5 novembre prochain

ActuBurkina

AVIS DE RECRUTEMENTS

ActuBurkina

57e  SOMMET DE LA CEDEAO : le président du Faso sera à Niamey

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR