ActuBurkina
A la une Politique

Elie Taparga, président des CDAIP : « le MPSR n’est rien  d’autre que la continuation du CDP et du MPP »

Dans le cadre de la commémoration de l’an 7 de de la résistance populaire au putsch du 16 septembre 2015, la coordination des Comités de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection population (CDAIP)  de la ville de Ouagadougou, a animé, ce  16 septembre 2022,  une conférence de presse au cours de laquelle ils ont  dressé un tableau sombre de la situation nationale depuis l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Pour les conférenciers, le MPSR n’est qu’une « continuation du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et du Mouvement du peuple pour la progrès (MPP) ».

C’est un bilan non reluisant sous le régime du MPSR qui a été fait par Elie Tarpaga, président des  CDAIP,  et ses camarades, ce 16 septembre 2022,  marquant le 7e anniversaire de la résistance au putsch de 2015. Selon les conférenciers, lorsqu’ils affirmaient dans leur déclaration du 30 mai 2022 que le « putsch du MPRS allait  aggraver encore plus la crise  que traverse le pays », les faits leur donne raison 8 mois après. Crise multidimensionnelle marquée par celle politique, économique, sociale, sécuritaire, humanitaire, morale et psychologique, sont des réalités, à leur avis,  que connait le pays des Hommes intègres aujourd’hui. Pour Elie Tarpaga, le chef de l’Etat Paul Henri Damiba, en bannissant les expressions « insurrection populaire de  2014 » et « résistance victorieuse  au putsch de septembre 2015 » de ses discours, démontrent à souhait  sa « haine pour ces œuvres héroïques et historiques indélébiles de notre peuple et dévoile du même coup la signification de la sauvegarde et de la restauration ». Selon lui, la feuille de route du MPSR est claire : il s’agit de « restaurer le clan chassé par l’insurrection populaire et défait par la résistance victorieuse au putsch, de soustraire ses dignitaires à la justice », etc. De l’avis du président des CDAIP, 8 mois après, la gestion du MPSR est « catastrophique » surtout au plan sécuritaire. « Le MPP a réuni les conditions pour l’avènement du MPSR. Le peuple était à bout de souffle, il n’en pouvait plus. Beaucoup pensaient,  comme pendant l’insurrection,  que  pourvu que Blaise Compaoré parte,  peu importe celui qui allait venir.  Les populations pensaient que ceux qui arrivaient allaient faire mieux. Mais  aujourd’hui,  on se rend compte que le MPSR n’est rien d’autre  que la continuation du CDP, du MPP. Ils sont tous les mêmes au regard des résultats que nous avons sur le terrain. Le MPSR n’est pas différent du MPP. Parce que nous n’avons pas véritablement senti un changement. Sur le plan sécuritaire, il n’y a pas eu d’amélioration. Les choses sont allées de mal en pis », a affirmé Elie Tarpaga.

Tout en réaffirmant leur attachement profond aux valeurs et enseignements de la résistance au putsch et de l’insurrection populaire, les CDAIP appellent la jeunesse à « maintenir vive la flamme de la résistance victorieuse au putsch  en dépit de la réédition le 24 janvier 2022 ». Par ailleurs, Elie Tarpaga a invité les populations de Ouaga à prendre part au panel que les CDAIP organisent le 1er octobre prochain, « autour de la guerre civile réactionnaire en cours dans notre pays ».

CD

photo archives

Articles similaires

Lutte contre le terrorisme : Le monde des affaires solidaire du Gouvernement de la Transition

ActuBurkina

ASSEMBLEE NATIONALE FRANCAISE : François de Rugy élu nouveau président

ActuBurkina

AMELIORATION DE L’OFFRE SANITAIRE: le RAME renforce la veille citoyenne

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR