A la une Politique

ELECTIONS  DU 22 NOVEMBRE : le CFOP crie à la fraude et met en garde

Le Chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, entouré de plusieurs responsables signataires de l’accord politique, a animé, ce 21 novembre à Ouagadougou, une « urgente » conférence de presse pour dénoncer des « faits et gestes » qui pourraient entacher « la sérénité et l’intégrité » des résultats du scrutin du 22 novembre.

A quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote, le CFOP était face à la presse pour dénoncer des « faits et gestes » dont il dit avoir confirmation. Un des cas relevés par  Zéphirin Diabré et ses camarades,  ce sont ces personnes qui «  s’adonnent à la récupération des cartes d’électeurs moyennant le versement de sommes d’argent ». Pour eux, le caractère massif du phénomène peut porter atteinte à la sérénité et à l’intégrité des résultats du scrutin du 22 novembre. Pour le CFOP, après avoir attiré l’attention des différents acteurs du processus électoral sur des tentatives de fraudes organisées par le pouvoir en place et malgré les mises en garde, les mêmes agissements sont récurrents. Face à cette situation, l’opposition politique a affirmé qu’une « plainte sera déposée en bonne et due forme auprès du Procureur du Faso pour une suite à donner ». De l’avis du CFOP, l’opposition a toujours agi de façon républicaine pour préserver la paix sociale, durant tout le processus électoral. C’est pourquoi il a interpellé la communauté nationale et internationale relevant au passage qu’il « n’acceptera  jamais des résultats entachés d’irrégularités ».

A ce titre, Zéphirin Diabré et ses camarades  ont souhaité que « les juridictions compétentes et la CENI prennent des dispositions pour empêcher que les agissements incriminés prospèrent ».  Concernant la CENI, le CFOP a déclaré qu’il leur est revenu que l’institution « éprouve des difficultés à acheminer le matériel électoral dans les centres de vote ». « Nous interpellons la CENI pour qu’elle prenne toutes les dispositions afin que les élections se tiennent dans les délais sur toute l’étendue du territoire national et dans tous les bureaux de vote », a souhaité Zéphirin Diabré qui a ajouté que l’opposition exige « qu’une cartographie claire et fixe soit présentée et communiquée aux différents acteurs du processus électoral ». En tout état de cause, le CFOP a tenu à rappeler son attachement au respect strict des valeurs républicaines.

CD

Articles similaires

BURKINA : le  fichier électoral jugé  acceptable à l’issue de l’audit

ActuBurkina

KENYA : pas de sexe avant les résultats des élections

ActuBurkina

ELECTIONS AU BURKINA : le MOCER mobilisé pour un scrutin sans violence

ActuBurkina

Laisser un Commentaire