ActuBurkina
A l'etranger A la une Société

Centrafrique : la violence basée sur le genre en hausse alarmante

La République centrafricaine est confrontée à une augmentation alarmante de la violence basée sur le genre, un phénomène exacerbé par le conflit en cours, la fragilité du système judiciaire et la stigmatisation des victimes qui osent témoigner, ont déclaré les habitants et les groupes d’aide.

Selon les données des Nations unies et de ses partenaires, le nombre d’incidents de violence basée sur le genre est passé d’environ 9 200 cas signalés à près de 25 500 depuis 2020. Malgré cette montée en flèche, le financement international pour faire face à cette crise a diminué, laissant la lutte contre la violence basée sur le genre sous-financée.

Moins de 15 % des quelque 14 millions de dollars américains demandés en assistance humanitaire ont été reçus, ont indiqué les Nations unies, imputant ce manque de financement à la fatigue des donateurs et à l’impact de plusieurs crises mondiales.

Les auteurs présumés de cette violence sont divers, allant des bandits locaux aux casques bleus de l’ONU, en passant par les membres du groupe de mercenaires Wagner.

Les Nations unies ont depuis longtemps été confrontées à des allégations d’agressions sexuelles commises par des casques bleus dans ce pays africain et ailleurs. Il y a trois ans, le secrétaire général avait ordonné le rapatriement immédiat de l’ensemble du contingent de maintien de la paix gabonais à la suite de rapports crédibles d’abus sexuels.

Une femme, qui a préféré garder l’anonymat, a raconté à l’Associated Press qu’elle avait été violée par un membre de la MINUSCA, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine. Elle a confié avoir eu du mal à partager son histoire ou à chercher réparation.

« Je me suis tournée vers mon pasteur d’église, qui m’a conseillé de beaucoup prier pour moi-même et de ne pas poursuivre l’homme qui m’a violée. Il ne voulait pas que je perde mon emploi, donc je n’ai rien dit à personne », a-t-elle expliqué.

Médecins Sans Frontières a observé une augmentation du nombre de survivantes de la violence basée sur le genre cherchant de l’aide, en raison de l’expansion de ses services et de ses activités de sensibilisation. Cependant, la majorité des survivantes ne se manifestent probablement pas, souvent parce que l’aide n’est pas disponible là où elles vivent.

L’Association des Femmes Avocates pour l’Afrique Centrale a rapporté 213 cas d’agression sexuelle et de viol signalés en 2022 et 304 cas en 2023. Selon cette association, les femmes qui se manifestent ont du mal à obtenir justice. Parfois, elles ouvrent un dossier contre des combattants locaux mais le retirent ensuite, les familles des auteurs payant les survivantes pour qu’elles renoncent à leurs poursuites.

La nouvelle constitution de la République centrafricaine a adopté des mesures pour s’attaquer à ce fléau, affirmant que les autorités doivent combattre toutes les formes de violence contre les femmes et veiller à ce que les agressions sexuelles soient éliminées.

La République centrafricaine est en proie à un conflit depuis 2013, lorsque des rebelles principalement musulmans ont pris le pouvoir et ont contraint le président à quitter ses fonctions. Des milices majoritairement chrétiennes ont riposté. Malgré un accord de paix en 2019 qui a partiellement réduit les combats, six des 14 groupes armés signataires l’ont depuis abandonné.

Une mission de maintien de la paix des Nations unies et des troupes rwandaises sont présentes sur le terrain pour aider à réduire la violence, tout comme le groupe de mercenaires Wagner, qui opère aux côtés de l’armée centrafricaine et est accusé par les habitants et les groupes de défense des droits de l’homme de commettre des abus.

Africanews

Articles similaires

Gouvernance locale : Validation des résultats d’évaluation du système d’intégrité local de 08 communes du Burkina

ActuBurkina

Paix et réconciliation nationale : Le Président du Faso échange avec les leaders religieux

ActuBurkina

Mali: L’armée malienne accusée d’avoir fait des victimes civiles à Kita

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR