ActuBurkina
A la une Société

Burkina : des agents de la nationale des télécommunications exigent la prime de productivité

Le syndicat national des télécommunications (SYNATEL) ont entamé lundi, un mouvement de protestation pour exiger l’application de la prime de productivité sur le salaire brut et non sur le salaire de base, rapporte mercredi le journal Sidwaya.

Selon Sidwaya, les travailleurs de l’Office national des télécommunications (ONATEL, détenu en majorité par Maroc Telecom) revendiquent la mise en œuvre du protocole d’accord signé, en novembre 2016.

«Nous manifestons contre la décision du Directeur général qui consiste à payer la prime de productivité sur le salaire de base. Alors que l’actuelle formule était proposée par la ministre en charge de l’Economie numérique et acceptée de tous», renseigne Sidwaya, citant le secrétaire général du syndicat national des télécommunications (SYNATEL), Soulemane So.

So, a souligné que les points essentiels du protocole d’accord, concernent entre autres, la prise en compte du manque de matériel de travail, des insuffisances dans la gestion de l’entreprise, de  l’octroi de certains avantages en rapport avec le code vestimentaire et la santé, etc.

«Des accords étaient trouvés sur tous ces points. Malheureusement, les recommandations faites sont toujours en souffrance auprès de la direction générale. Actuellement nous sommes en rupture de matériel dans nos agences et services techniques. Ce qui nous empêche, depuis près de deux mois, de faire la maintenance et la production», a-t-il regretté.

Le Secrétaire général du SYNATEL a confié au journal, que des pourparlers ont été engagés entre les deux parties sous  la médiation du ministre du Développement, de l’Economie numérique et des Postes, Fatoumata Sanon.

A en croire Soulemane So, c’est pourquoi les travailleurs ont décidé de reprendre le travail, afin de soulager les populations, surtout dans le contexte actuel d’insécurité.

Sidwaya, informe que M. So, a saisi l’occasion pour exhorter le gouvernement à veiller à l’application du cahier des charges ayant permis la privatisation de l’entreprise, en 2006.

Le quotidien national informe que le secrétaire générale, Soulemane So, a indiqué que son bureau utilisera d’autres stratégies de lutte pour aboutir gain de cause, si toutefois rien n’est fait.

Notons que ce nouveau mouvement d’humeur du SYNATEL a fortement perturbé lundi et mardi, l’internet (dont l’ONATEL a le monopole au Burkina Faso) et les télécommunications.

Agence d’Information du Burkina

Articles similaires

Conseil constitutionnel: le président Kassoum Kambou sera ihnumé mardi 1er mars prochain

ActuBurkina

Fin de cavale pour le sieur SAWADOGO Boukary alias Moïga et concerné par un avis de recherche publié ici le 8 Mai 2021

ActuBurkina

Lutte contre le trafic de drogue  : Plus de 400 kg de drogue saisis à Ouagadougou

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR